Et si Radio.Garden pouvait reconnecter le monde ?

21122016

L’accès à la radio évolue. Le temps où tout dépendait uniquement de la puissance de l’émetteur semble s’éloigner. Les internautes accèdent massivement aux contenus audio online à travers le mobile, Facebook, les podcasts, les smartTV. Les tuners, agrégateurs de programmes comme Tunein ou Radioline multiplient les canaux d’accès aux contenus radio 2.0. Et voici une nouvelle interface qui offre une sélection géographique, sans frontière sur la carte…

Dès votre arrivée sur le site Radio.Garden, vous serez accueillis par la radio la plus proche de chez vous. Avant d’explorer la planète radio, vous commencerez peut être par découvrir une radio locale que vous ne connaissiez pas. Mais après un tour de l’hexagone, vous irez surement promener vos oreilles plus loin. Radio Garden est un globe terrestre interactif qui vous permet de syntoniser des milliers de stations de radio du monde entier en temps réel. Explorer le site est une expérience à la fois immersive et un peu désorientante. Vous cliquez sur un point du globe pour  entendre ce qui se joue sur la radio, de Aurillac à Amman, de Séoul à Dijon, d’Austin à Alep…

La carte qui vous permet d’écouter la radio partout

Il manque beaucoup de radios, mais c’est un bon début ! Vous trouverez plus de radios communautaires, de webradios que de grandes marques médias. Mais il me semble que la qualité et diversité sont deux critères bien représentés. Pas d’appli mobile mais un site responsive aussi simple à utiliser, que l’on soit sur l’ordi, le phone ou la tablette. De nombreux fonctionnalités pourraient rendre l’accès aux radios encore plus ludique : recherche, mémorisation, enregistrement… Mais au final, tant que les fonctions vitales fonctionnent…

 

Capture d'écran 2016-12-21 03.23.33

 

« La radio ne connaît pas de frontières. »  Mais l’on s’aperçoit vite que beaucoup de radios ont un son similaire. « Pas simplement parce que la musique pop américaine en particulier est une exportation globale, mais en raison de similitudes dans la façon dont la radio est produit dans le monde entier » écrit Adrienne Lafrance dans The Atlantic.

Les humains parlent aux humains

« Les stations locales, partout où elles sont, diffusent souvent un mélange de musique, petites annonces, trafic, météo avec un ton similaire à travers les cultures. Parcourant Radio Garden, vous commencez à imaginer les gens écouter de la musique comme ils font le café, les gens assis dans des bureaux, des salles d’attente, qui dansent au bar ou qui préparent la cuisine pour la famille, des humains qui conduisent pour aller travailler avant l’aube. Un peu comme vous, ou pas ».

Radio Garden est une méditation sur la connectivité et ce que la technologie de diffusion fait à la culture locale.

Le projet a été créé pour l’Institut néerlandais Sound and Vision(http://www.beeldengeluid.nl/en) par les studios Puckey (http://puckey.studio)  et Moniker(https://studiomoniker.com).

Contacts : submissions@puckey.studio

C’est dans un article du magazine américain The Atlantic que la journaliste Adrienne Lafrance repère Radio.Garden (12/12/2016). L’info est rapidement relayée par Sean Ross (15/12/2016) sur Media.info. Il décrit Radio.Garden comme « a cross-pollination of radio aggregation sites and Google Earth » (une pollinisation de sites d’agrégation de radios croisée avec Google Earth). James Cridland a relayé l’article dans sa dernière newsletter. Et depuis quelques jours, le lien vers le site Radio.Garden se partage comme une trainée de poudre sur Facebook.

 

Michel Colin
Mediatic Conseils

 

 




Le guide des métiers du son – de l’ingénieur du son au bioacousticien…

10122016

583ed5cb6491f_final

Ce guide de vocation(s) édité par Seine Ouest Entreprise et Emploi pour le site événementiel de sa Mission Locale (radiosoee.com) — s’adresse aux passionnés de musique et de sons qui souhaiteraient s’orienter vers les métiers du son et de l’acoustique. Ils trouveront dans les témoignages des professionnels réunis ici, des exemples de parcours à travers lesquels s’expriment la passion du métier et l’exigence. 

Secteur d’activité difficile, parfois précaire, bousculé par le numérique, les métiers du son se manifestent ici présents au cœur du territoire de Grand Paris Seine Ouest, particulièrement vivants  ouverts sur de nombreux domaines : audiovisuel, arts & spectacles, recherche, industrie, presse, high-tech…

Les ressources pour bien s’orienter, le détail de l’offre de formation disponible sur le territoire de Grand Paris Seine Ouest, et un zoom sur la protection sociale dans le secteur audiovisuel constituent la deuxième partie de ce guide.

Télécharger le guide




Journalisme africain : le poison des perdiem, à lire dans Le Monde Afrique.

23052016

PERDIEMS

 

Journalisme africain : le poison des perdiem, à lire dans Le Monde Afrique. Voici un nouvel article sur ce mal qui ronge les média africains et à qui l’ont donne différents noms : le coupage, le gombo, le perdiem, la petite enveloppe, les frais de transports… Mais dont la véritable définition est corruption.

Il faut désinstitutionaliser la corruption des journalistes, éduquer le public au sens critique, banir les perdiems des ONG, établir l’autorité des régulateurs , assainir la gouvernance des médias, montrer qu’on peut gagner de l’argent avec de l’information intègre. … Tout est possible, certains l’ont réussi !




Les RADIO DAYS AFRICA se dérouleront à Johannesburg du 29 juin au 1er juillet

17052016

PrintInfos, inscriptions : http://www.journalism.co.za/radiodays

 




AFRIQUE : LA RADIO RESTE LA SOURCE D’INFOS LA PLUS COMMUNE

11052016

 

 

(source La Lettre Pro) Selon l’étude Afrobaromètre, la radio demeure la source régulière d’informations la plus largement répandue en Afrique, bien que la proportion d’Africains qui l’écoutent ait diminué. En moyenne à travers 36 pays, environ sept citoyens sur 10 se tiennent informés à travers la radio « tous les jours » (47%) ou « quelques fois par semaine » (22%).

Afrique radio source info

 

L’utilisation régulière de la radio est la plus élevée en Ile Maurice (97% plusieurs fois par semaine/tous les jours), en Namibie (88%), au Nigéria (86%), et au Kenya (85%) et la plus basse dans les cinq pays d’Afrique du Nord (la Tunisie, le Soudan, l’Algérie, le Maroc, et l’Egypte) et au Gabon.
À travers 16 pays suivis depuis 2002/2003, le recours quotidien à la radio comme source d’informations a diminué, de 61% à 52%, tandis que la proportion de citoyens qui n’ont « jamais » recours à la radio pour se tenir informés a augmenté de 11% à 16%.

En revanche, la télévision prend de l’importance comme source d’informations, bien que traînant toujours derrière la radio de façon significative. À travers 36 pays, plus de la moitié (53%) des citoyens affirment se tenir régulièrement informés par la télévision, tous les jours (40%) ou quelques fois par semaine (13%).

 

Afrique TV radio

 

La radio reste la source d’informations la plus commune, sollicitée par sept Africains sur 10 soit « tous les jours » (47%) soit « quelques fois par semaine » (22%). Mais la radio et les journaux perdent graduellement du terrain, tandis que la télévision et l’Internet en gagnent. Une proportion importante de la population (21%) se tient maintenant régulièrement informée de l’actualité grâce aux médias sociaux tels que Facebook et Twitter, et parmi les jeunes et les mieux instruits, l’Internet et les médias sociaux sont plus importants comme sources d’informations que la presse écrite.
En plus de se tenir informés par les médias, certains Africains s’en servent pour exprimer leur opinion : environ un sur neuf répondants (11%) affirment être entré en contact avec les médias au cours de l’année précédente pour exprimer leur mécontentement par rapport aux actions du gouvernement.

 




Mediatic Conseils, expert en pérennisation de médias africains

27042016


Mediatic Conseils, expert en pérennisation de médias africains dans Burundi capture-decran-2014-08-18-a-20.28.42

Mediatic Conseils est un cabinet de consultants basés à Genève, spécialisés dans la pérennisation de médias en Afrique.

 

L’indépendance et la viabilité d’un média dépendent de sa capacité à générer des revenus autonomes.

Dans les grandes métropoles où la concurrence est anarchique, jusqu’au régions de brousse les plus reculées, nous savons comment organiser un modèle économique viable et pérenne. Radio, télévision et maintenant Internet occupent une place centrale dans la vie de millions d’africains. Pour informer, éduquer, divertir, débattre, promouvoir, mobiliser, communiquer, il faut des moyens et une bonne gouvernance. La culture marketing est le maillon faible de l’aide internationale. Sans pérennisation les efforts engagés ne garantissent pas la viabilité des projets. Nos actions sur le terrain ont permis à de nombreux médias de survivre, de se développer, de payer leur personnel, de créer des emplois, d’améliorer leur service à la population, de dynamiser l’économie locale, tout en cultivant les règles éthiques et l’esprit démocratique.

Consultez ou téléchargez la plaquette de présentation des activités de Mediatic Conseils en Afrique depuis 2007 :  PLAQUETTE AFRICA
Slideshare 




Avec Acacia Web, Mediamétrie vulgarise l’usage des sondages en Afrique

21042016

Acacia Web est un logiciel qui permet de consulter et analyser les résultats d’audience de la Télévision et de la Radio de Médiamétrie en Afrique. Intuitif et simple d’utilisation, il est accessible depuis l’explorateur web de votre ordinateur. En quelques clics seulement, vous choisissez le pays et la vague que vous souhaitez analyser (parmi les pays disponibles).

Avec Acacia Web, vous pourrez  connaître  l’audience moyenne d’une chaîne,  le jour de la semaine durant lequel une station ou une chaîne a les plus fortes audiences, la  tranche la plus en affinité avec une cible donnée, l’évolution des audiences de vos concurrents sur les trois dernières années, comment répartir efficacement un investissement publicitaire sur la/les chaîne(s) et la/les tranche(s) les plus puissantes sur une cible donnée, identifier la station qui possède la plus grande durée d’écoute de la Radio…  Présentation du logiciel en vidéo :

Témoignage d’un utilisateur : Landry DIAMBRA – SOLIBRA – Responsable Etudes et Projets Marketing
Avec Acacia Web, Mediamétrie vulgarise l'usage des sondages en Afrique dans Documentation arrow-07
itw-01 dans Documentation

Quelle est l’importance pour vous de la TV et de la radio dans votre mix marketing ? 

Depuis de nombreuses années, la SOLIBRA, Société de Limonaderies et Brasseries d’Afrique, continue d’investir dans l’achat d’espaces publicitaires à la TV dans le but de promouvoir ses produits destinés aux différentes tranches d’âges et couches sociales du pays.

Dans l’environnement médiatique actuel, la TV demeure l’un des médias ayant le plus d’influence sur nos marchés. Son taux de pénétration élevé et l’absence des nouvelles technologies surtout dans les zones les plus reculés du pays, lui confère le rôle de canal le plus efficace pour toucher nos consommateurs.

Concernant la radio, l’univers a été atomisé fragmentant de fait l’audimat et implosant nos budgets marketing pour couvrir efficacement nos cibles. De ce fait ce média occupe aujourd’hui une place marginale dans notre mix.

En quoi les mesures d’audience de Médiamétrie vous aide-t-elle au quotidien pour piloter vos actions ? 

Les dernières mesures d’audience reçues de Médiamétrie nous ont permis de mieux comprendre les habitudes de nos consommateurs vis-à-vis des médias. Cette compréhension facilite l’élaboration de plans médias qui deviennent de plus en plus cohérents et adaptés aux attentes des clients.

Des économies ont aussi pu être réalisées au niveau des investissements publicitaires grâce à un meilleur choix de chaines proposants des tarifs intéressants pour des taux d’audiences en progression.

Auriez-vous un exemple concret d’utilisation faites des audiences dans votre activité ? 

Suites à l’analyse des dernières audiences, nous avons décidé d’intégrer des chaines comme Trace TV qui réalisent des bonnes croissances sur le segment jeunes dans nos plans de communications. Les marques de notre portefeuille qui ciblent cette catégorie ont pu moduler leurs canaux de diffusion de spots pour se rapprocher un peu plus de leurs cibles.

 

Pour plus d’infos, contactez Mediamétrie ou abonnez-vous à la toute nouvelle newsletter Mesures d’audience et
études médias en Afrique

 

 




Tunisie : la radio IFM conclut un partenariat avec Google pour utiliser les données de l’appli Waze

4042016

 

waze_map_01_610x508

(Source Jeune Afrique) Une première pour un média africain : la radio IFM a conclu un partenariat avec Google afin d’utiliser son appli de navigation communautaire Waze. À partir du 4 avril, les Tunisiens pourront recevoir des informations en temps réel sur l’état du trafic routier.

Dédiée depuis sa création en 2011 au meilleur du rire et de la musique, Ibtissama FM, plus connue sous son acronyme IFM, a conclu, en février, un contrat de partenariat avec Google portant sur l’utilisation de l’application de trafic et de navigation communautaire, Waze. « Le module info-trafic aux heures de pointe existe déjà sur IFM, mais nous souhaitions affiner les informations données ; d’où notre négociation avec Google pour exploiter Waze », précise Hamed Soyah, directeur de la radio.

IFM aura ainsi accès à une plateforme spécifique lui permettant de répercuter les alertes sur l’état de la circulation pour répondre, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, aux besoins de la communauté routière tunisienne et à celle du Grand Tunis en particulier, à partir du 4 avril 2016.

 

 




Ipsos inaugure un bureau parisien dédié à l’Afrique sub-saharienne et au Maghreb

23022016
Capture d’écran 2016-02-23 à 01.02.36
(Source Offremedia.com) Dans l’objectif de «mieux accompagner ses clients dans leur croissance sur des marchés africains en transformation rapide», Ipsos lance Africap, son bureau dédié à l’Afrique sub-saharienne et au Maghreb. Basé à Paris et dirigé par Florence de Bigault, Ipsos Africap est composé d’experts des marchés et des consommateurs africains, qui travailleront en collaboration avec le réseau Ipsos déjà déployé sur le continent africain.
«Pour nos clients, la création d’Ipsos Africap doit faciliter les études en Afrique par un meilleur accompagnement ainsi que la garantie des standards Ipsos. L’une des missions du bureau sera d’apporter aux décideurs davantage de clés pour comprendre les consommateurs et les citoyens africains», déclare Florence de Bigault à Offremedia.com.
Pour mieux décrypter les habitudes de consommation des habitants sur les différents marchés, leurs spécificités et leurs demandes, Ipsos Africap lance le premier African Trend Observer, un outil de décryptage des valeurs, tendances et signaux faibles des nouvelles classes moyennes africaines ainsi qu’Africa’table une étude pour mesurer et comprendre les changements de comportements alimentaires des ménages urbains en Afrique.
En Afrique, Ipsos est présent en Afrique du Sud, Algérie, Angola, Cameroun, Côte d’Ivoire, Egypte, Ethiopie, Ghana, Kenya, Maroc, Mozambique, Nigéria, Ouganda, Rwanda, Sénégal, Tanzanie, Tunisie, Zambie.



Orange achète Tigo en RDC, Cellcom au Libéria et Airtel en Sierra Leone et au Burkina Faso

9022016

Capture d’écran 2016-02-23 à 01.42.05

 

(source Le Monde.fr) Face à une Europe vieillissante et suréquipée, Orange poursuit sa conquête de l’Afrique. Massivement présent sur le continent, le groupe français a annoncé, lundi 8 février, l’acquisition de Tigo, troisième opérateur mobile de la République démocratique du Congo (RDC). Il le fusionnera avec ses propres activités, se hissant à la deuxième ou troisième place du marché derrière le britannique Vodafone et aux côtés de l’indien Bharti Airtel.

Orange n’a eu à débourser que 160 millions de dollars pour se payer cet opérateur qui compte 6,5 millions de clients. « La RDC compte 80 millions d’habitants. C’est cinq fois plus grand que le Sénégal et le taux de pénétration en téléphonie mobile n’y est que de 50 %, contre 100 % au Sénégal et 110 % en France. Le potentiel y est très important », se félicite Marc Rennard, vice-président international d’Orange.

Présent depuis vingt-cinq ans sur le continent africain, où il gérait les transmissions internationales, Orange a véritablement donné un coup d’accélérateur à ses activités dans cette région en 2004. « Nous avions 10 millions d’abonnés, nous en avons 115 millions aujourd’hui », dit M. Rennard. Depuis le début de l’année, l’opérateur a bouclé quatre opérations. Avant la RDC, l’opérateur s’est offert Cellcom, le deuxième opérateur du Liberia, pour 100 millions d’euros, et deux filiales de l’indien Bharti Airtel en Sierra Leone et au Burkina Faso….

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/02/09/orange-poursuit-ses-emplettes-en-afrique_4861941_1656994.html#EjGZ3ocFzrZor9I7.99







crisesubprimes |
SECU PROTEC |
achetez mieux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | speedball
| La Microfinance au Burkina ...
| Pacaconcept