• Accueil
  • > Archives pour septembre 2014

Attention ! Trop de pub et trop de bla bla tuent la radio !

18092014

Kikwit Michel Colin 2014

Les radios parlées et les pubs interminables ont pour effet de détourner les auditeurs africains vers l’écoute de la musique à partir d’une clé USB branchée sur l’autoradio. A cela se rajoute parfois des autoradios venus de Dubaï dont la bande de fréquence ne va pas au delà des 100 Mhz. Il y a là un vrai danger pour les radios qui risquent de perdre beaucoup d’auditeurs. Le remède est pourtant simple : se préoccuper de l’auditeur et de la qualité de ce que l’on diffuse ! Et ça commence par limiter la durée des spots, la durée et le nombre des écrans de publicité. Ce qui est rare est cher et c’est mieux pour tout le monde. Pour cela il faut de la rigueur dans le management et des compétences commerciales.

Voici des extraits d’un article publié sur le site koaci.com à Abidjan à propos d’une situation qui préfigure ce qui pourrait se passer dans de nombreuses villes africaines.

Côte d’Ivoire: Trop de pub, la clé USB préférée à la radio

«Ça parle trop et y’a trop de pub », Cheick est remonté contre les radios de la bande FM et le fait savoir. A l’image d’un nombre croissant de chauffeurs de taxi de la capitale économique, il n’allume plus son tuner et se fait désormais accompagner des mélodies tout droit sorties de sa clé USB branchée sur le côté droit de son autoradio.

«Avec ça au moins je ne suis pas dérangé et j’écoute mes morceaux préférés » nous livre ce lundi soir le chauffeur nous raccompagnant à la nuit tombée du Plateau à Angré.

Cheick a suivi la tendance du moment, à l’image de ses confrères taximans, il sélectionne ses musiques sur l’ordinateur d’un de ses cousins à Abobo puis les transfère sur une clé de stockage de type USB de 2 Giga achetée à 2000 fcfa au quartier.

« Moi j’écoute plus la radio là, les rfi « bissent » trop (répétition de l’info, ndlr) et les nostalgie et jam n’arrêtent pas de nous casser les oreilles et nous fatiguent avec leur pub, parfois tu écoutes un bon morceau et d’un coup ça coupe pour la pub, ça fatigue beaucoup de monde à force » livre quant à lui Soumahoro, chauffeur à la clé branchée sur son système audio embarqué jouant les airs du nouvel album d’Ismael Isaac, tout fraichement sorti.

« On a beaucoup écouté la radio durant la crise et un peu après c’est vrai mais là ça nous dit plus rien on préfère écouter ce qu’on aime et faire nos sélections chaque jour » embraye Seydou, un chauffeur de Gbaka, clé USB rouge au cou, prenant le thé au niveau de la mairie d’Abobo ce mardi matin avec son cousin également chauffeur.

Si la publicité apparait comme vitale pour nombre de stations, leur fréquence récurrente de diffusion, plus de 2 minutes chaque quart d’heure en moyenne, pourrait peser lourdement sur leur volume d’auditeur dans lequel les hommes de la route représentent une part importante.

Conséquence de cette « lourdeur », on s’en remet à l’alternative de la clé USB ou autre lecteur CD au grand bonheur des importateurs asiatiques de ces solutions que l’on peut se payer pour moins de 100 mille francs CFA, comme constaté à Treichville.

Hier inévitable, reste à savoir si les acteurs du monde de la radio en Côte d’Ivoire seraient notamment pets à diminuer la fréquence de leur spot publicitaires pour inverser la tendance.

Source : www.koaci.com







crisesubprimes |
SECU PROTEC |
achetez mieux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | speedball
| La Microfinance au Burkina ...
| Pacaconcept