Africascope : 61 % des jeunes africains écoutent la radio à raison de 77 minutes par jour

10062017

L’étude Africascope est réalisée sous forme d’interviews (face à face) auprès d’un échantillon global de près de 18 000 personnes, représentatif de la population de la zone d’enquête (principales villes de 8 pays : Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, République Démocratique du Congo, République du Congo, Sénégal) soit près de 17,8 millions d’individus âgés de 15 ans et plus. Les jeunes (15-24 ans) représentent 34 % de la population. 61 % écoutent la radio à raison de 77 minutes par jour 93 % d’entre eux regardent la télévision à raison de 266 minutes en moyenne. La musique (74 %), l’humour (51 %), les séries (50 %), le sport (50 %) et la cuisine (47 %) sont leurs principaux centres d’intérêt. 31 % des jeunes Africains ont un compte Facebook, 82 % se connectant à Internet via leur téléphone mobile.

14486319-20327331




AFRIQUE : LA RADIO RESTE LA SOURCE D’INFOS LA PLUS COMMUNE

11052016

 

 

(source La Lettre Pro) Selon l’étude Afrobaromètre, la radio demeure la source régulière d’informations la plus largement répandue en Afrique, bien que la proportion d’Africains qui l’écoutent ait diminué. En moyenne à travers 36 pays, environ sept citoyens sur 10 se tiennent informés à travers la radio « tous les jours » (47%) ou « quelques fois par semaine » (22%).

Afrique radio source info

 

L’utilisation régulière de la radio est la plus élevée en Ile Maurice (97% plusieurs fois par semaine/tous les jours), en Namibie (88%), au Nigéria (86%), et au Kenya (85%) et la plus basse dans les cinq pays d’Afrique du Nord (la Tunisie, le Soudan, l’Algérie, le Maroc, et l’Egypte) et au Gabon.
À travers 16 pays suivis depuis 2002/2003, le recours quotidien à la radio comme source d’informations a diminué, de 61% à 52%, tandis que la proportion de citoyens qui n’ont « jamais » recours à la radio pour se tenir informés a augmenté de 11% à 16%.

En revanche, la télévision prend de l’importance comme source d’informations, bien que traînant toujours derrière la radio de façon significative. À travers 36 pays, plus de la moitié (53%) des citoyens affirment se tenir régulièrement informés par la télévision, tous les jours (40%) ou quelques fois par semaine (13%).

 

Afrique TV radio

 

La radio reste la source d’informations la plus commune, sollicitée par sept Africains sur 10 soit « tous les jours » (47%) soit « quelques fois par semaine » (22%). Mais la radio et les journaux perdent graduellement du terrain, tandis que la télévision et l’Internet en gagnent. Une proportion importante de la population (21%) se tient maintenant régulièrement informée de l’actualité grâce aux médias sociaux tels que Facebook et Twitter, et parmi les jeunes et les mieux instruits, l’Internet et les médias sociaux sont plus importants comme sources d’informations que la presse écrite.
En plus de se tenir informés par les médias, certains Africains s’en servent pour exprimer leur opinion : environ un sur neuf répondants (11%) affirment être entré en contact avec les médias au cours de l’année précédente pour exprimer leur mécontentement par rapport aux actions du gouvernement.

 




Le média radio se porte bien au Maroc

28112015

parts daudience RADIO MAROC 2015

 

Source Media24: Selon l’étude « vague 14″ de Radiométrie Maroc, la Radio Mohammed VI pour le Saint Coran détient toujours la plus grande part d’audience dans le volume d’écoute global, suivie par Med Radio en 2e position et MFM en 3e. Med Radio chamboule l’audience et le classement.

Dans un communiqué de presse publié à l’occasion, HIT Radio, classée 6e en part d’audience, interprète les résultats de l’étude comme étant l’illustration d’un nouveau record d’audience, estimant qu’elle est la 1ère à être écoutée pour la musique, et qu’elle a consolidé son attractivité et sa position de leader auprès des jeunes, sa cible principale.

MFM Radio, de son côté, également dans le cadre d’un communiqué, estime être la 1ère radio généraliste au Maroc, malgré sa 3e position au classement, que ce soit en part d’audience, en audience cumulée, ou en durée d’écoute.

L’écoute en ligne booste l’audience radio

Le passage au digital, la durée d’écoute plus longue, et les auditeurs de tout âge et de toutes catégories sont autant d’indicateurs qui montrent que les radios marocaines se portent bien.

Ainsi, au 3e trimestre 2015, 15 millions de Marocains de 11 ans et plus ont écouté la radio chaque jour de semaine, 13,6 millions en weekend. La durée d’écoute quotidienne, quant à elle, a augmenté de 10 minutes en semaine et de plus du double en week-end.

Cette augmentation de l’écoute s’explique essentiellement par le passage de plusieurs radios marocaines à l’écoute en ligne, développant un nouveau mode de consommation.

D’après le CIRAD, le nombre d’auditeurs écoutant la radio via internet a augmenté de 68% en l’espace d’un an.

Enfin, malgré un léger recul de l’audience cumulée, la radio touche encore toutes les catégories de population. En effet, si la radio continue à occuper une place importante dans la vie quotidienne des Marocains, c’est grâce à son caractère universel.

 

L’article complet de Media24

 

 

 




TV, Radio, Mobile, Internet : décryptage de la conso médias en Afrique

6102015

Voici les premiers enseignements de l’édition 2015 de l’étude Africascope sur 4 pays : Cameroun, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo et Sénégal, un univers représentant 15,4 millions d’individus âgés de 15 ans et plus…

xafricascope-pays.png.pagespeed.ic.4u_KpNsbFR

Des équipements médias traditionnels bien ancrés…

L’étude Africascope offre une vision très précise du taux d’équipement et de la consommation des médias dans les pays couverts. Si la TV et la radio sont parfaitement bien implantées dans la zone (respectivement 99% et 91% de taux d’équipement), avoir un ordinateur (fixe et portable) ou un support mobile (tablette et smartphone) est moins répandu.

xinfog-africascope1.png.pagespeed.ic.SYZZLduZW0

L’étude permet aussi d’en savoir plus sur le nombre de chaînes reçues par foyer : la majorité des Camerounais qui possèdent une TV (63%) reçoit entre 60 et 100 chaînes. Au Sénégal, la majorité des équipés TV (51%) reçoit moins de 20 chaînes.

En termes de comportement :

  • le Sénégal apparaît comme le pays où l’on écoute le plus la radio (quotidiennement pour 80% des habitants) et le plus longtemps (99 minutes par jour) ;
  • au Cameroun, ils ne sont que 50% à écouter la radio quotidiennement (seulement 56 minutes par jour) ;
  • le taux de personnes qui regardent quotidiennement la TV est très élevé, oscillant entre 92% (Sénégal) et 97% (Côte d’Ivoire) ;
  • Cependant la durée d’écoute par individu est très variable selon les pays : un peu plus de 2h40 en RDC contre 3h32 au Cameroun.

… mais des usages qui se tournent progressivement vers le digital

Même si « seulement » 21% des personnes interrogées possèdent un smartphone,
c’est le support le plus utilisé pour se connecter à Internet :

  •  66% se connectent à Internet en premier lieu via leur mobile ;
  •  très forte préférence en RDC (83%) où l’équipement en smartphone est aussi le plus important (26% en possèdent).

xinfog-africascope2.png.pagespeed.ic.DuILBEfANN

La RDC est le pays où la fréquence de connexion à Internet est aussi la plus importante (38% se connectent régulièrement pour 30% en moyenne sur la zone étudiée). Au Sénégal, même si le taux d’équipés smartphone est proche de celui observé en RDC (24%), ils ne sont que 50% à l’utiliser pour se connecter à Internet, préférant leur PC portable (60%).

Cette tendance se reflète aussi à travers les réseaux sociaux : Facebook domine largement l’univers et présente le plus grand nombre de comptes (88% en ont créé un). Parmi les pays étudiés, les Internautes Ivoiriens sont les plus actifs sur les réseaux : 94% possèdent un compte Facebook (pour 88% en moyenne), 39% sont sur Google+ (27% en moyenne) et 38% twittent (26% en moyenne).

xinfog-africascope4.png.pagespeed.ic.KOcImkt6mv

 

TNS SOFRES

 




A Niamey, les médias renforcent leurs capacités marketing et commerciales

20012014

 

 

titre niger.001

 

Michel Colin (Mediatic Conseils) a effectué  en décembre 2013 et janvier 2014 deux missions à Niamey (Niger) pour le compte de la Commission Européenne dans le cadre  de «l’appui à la viabilisation économique des médias audiovisuels privés nigériens assurant la couverture des processus électoraux »

Objectifs de la mission : 

Renforcer la capacité des médias audiovisuels privés à développer des stratégies de viabilisation économique (média marketing et commercialisation d’espaces publicitaires) leurs permettant de réunir les conditions techniques et financières nécessaires à un traitement professionnel de l’information, ainsi qu’à des comportements conformes à l’éthique du journalisme, aussi bien en période électorale que non électorale.

Déroulement de la mission :

Lors de la première intervention à Niamey  nous avons dressé un état des lieux des modes de financement des médias audiovisuels privés de Niamey, en termes, notamment, de marché publicitaire, de ressources humaines, d’organisation commerciale et de stratégies marketing.

En janvier 2014, la seconde mission a débuté par un atelier de restitution des conclusions de l’état des lieux et de l’étude aux directeurs et cadres commerciaux. Cet atelier c’est déroulé à la Maison de la Presse avec une cinquantaine de responsables de médias nigériens et la participation du président de la C.S.C. Ensuite, le coach est intervenu in situ sur la conception et mise en oeuvre de strategies marketing et commerciales pour 4 médias sélectionnés : RTS Saraounia, RTD Dounia, Canal3  et RTT Ténéré.

Pour plus d’informations sur le travail réalisé à Niamey, contactez michelcolin (@) mediatic.ch

 

 




Radios communautaires, femmes et technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique de l’Ouest

16042012

 Radios communautaires, femmes et technologies de l'information et de la communication (TIC) en Afrique de l’Ouest  dans Developpement Capture-d’écran-2012-04-10-à-08.44.17-231x300

La publication de Search for Common Ground intitulée « Radios communautaires, femmes et TIC en Afrique de l’Ouest » explore l’intersection actuelle entre la radio, le genre et les TIC.

(Source Radio for PeaceBuilding Africa) En Afrique de l’Ouest, les stations de radio communautaires jouent déjà un rôle important d’information de l’opinion publique. Elles ont cependant un potentiel encore plus grand pour atteindre leur public, notamment en adoptant les innovations récentes dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), et en particulier via les téléphones mobiles et les SMS.

En effet, les radios ont commencé à exploiter le potentiel des téléphones mobiles et de la technologie SMS. Les auditeurs appellent et envoient des textos au cours des émissions radio afin de contribuer aux programmes en partageant des informations, leurs opinions, ou encore des anecdotes ou des commentaires. Pour accepter les appels, il suffit que le personnel de la station place le téléphone mobile vers le micro, permettant à la personne en ligne de s’exprimer librement à l’antenne. Les présentateurs peuvent également lire les SMS envoyés par les auditeurs sur l’écran de leur téléphone pendant leur programme. En sollicitant des commentaires, le personnel des stations de radio est en mesure de mieux comprendre les enjeux locaux et de donner la parole aux auditeurs.

Lire la suite… »




La radio aide les familles agricoles africaines à survivre

18082011

La radio aide les familles agricoles africaines à survivre dans Developpement nigeriaghananewmemorycard2007154

Les lecteurs et lectrices assidus d’Agro Radio Hebdo savent peut-être que Radios Rurales Internationales vient de compléter une étude de trois ans sur l’efficacité de la radio rurale. Nous avons analysé les données et écrit les rapports, et maintenant nous partageons nos résultats.

L’étude démontre de façon concluante que lorsqu’elle est correctement utilisée, la radio est un moyen efficace de donner à un grand nombre de familles agricoles africaines les connaissances nécessaires pour améliorer leur sécurité alimentaire, leur nutrition et leurs moyens de subsistance; des connaissances qui sont vitales à la prévention de la famine en période de sécheresse.

Une des principales conclusions est que plus d’une famille agricole africaine sur cinq vivant dans la zone de diffusion d’une série de programmes agricoles radio soigneusement exécutée adopte les nouvelles pratiques agricoles dont elle a entendu parler à la radio.

Pour lire les détails du modèle de programme radio que nous appelons campagne de radio participative, cliquez ici:
http://www.farmradio.org/english/donors/publications/EightPager.pdf

Pour un résumé des résultats:
http://www.farmradio.org/english/donors/publications/PRCBrief_EN.pdf

Pour le communiqué de presse:
http://www.farmradio.org/english/donors/news/press

(Toutes ces publications sont uniquement disponibles en anglais)




The African Media Barometer (AMB)

10122010

capturedcran20101203105444.png

The African Media Barometer is the first in-depth and comprehensive description and measurement system for national media environments on the African continent. Unlike other press surveys or media indices the AMB is a self-assessment exercise based on homegrown criteria derived from African Protocols and Declarations like the “Declaration of Principles on Freedom of Expression in Africa” (2002) by the African Commission for Human and Peoples’ Rights (ACHPR). It takes up the idea of the African Peer Review Mechanism (APRM) on good governance – where African leaders conveniently forgot to include the media! – and applies it to the media at a national level.
 
At the same time the AMB serves as a practical lobbying tool for media reform. Its results are presented to the public of the respective country to push for an improvement of the media situation using the AU-Declaration as a benchmark. They are then integrated into the advocacy work of the Media Institute of Southern Africa (MISA) and into the program of the local FES-offices in sub-Saharan Africa.




Radio et énergie en Afrique, une enquête en ligne

4042010

cameco.jpg

L’énergie est essentielle au fonctionnement d’une station de radio. Mais, en Afrique, les services publics d’électricité ne sont ni sûrs ni même disponibles.

Le problème largement répandu en Afrique de l’instabilité et de l’absence d’une alimentation électrique publique a motivé le CAMECO, avec le soutien de la fondation hollandaise « Stem van Afrika » à produire un guide pratique sur l’énergie pour la Radio.

La publication couvrira divers aspects, dont notamment le stockage, l’utilisation parcimonieuse et la production d’énergie alternative et renouvelable. L’objectif est de donner les ressources et connaissances aux directeurs et agents de station de radio pour qu’ils tirent le meilleur profit des sources d’énergie disponibles.

Pour rendre le guide aussi utile que possible, pour répondre au mieux à la situation et aux questions des radioteurs africains, mais aussi pour présenter des exemples de réalisation de projets d’énergie alternative mis en place par des radios africaines, une enquête en ligne a été ouverte.

Toutes les stations de radio (qu’elles utilisent ou non des sources alternatives d’énergie) sont invitées à participer. 

Les réponses sont attendues avant le 10 avril 2010. Cliquez sur ce lien pour l’enquête en ligne www.surveymonkey.com/energyforradiofrench

Source: CAMECO Africa Radio Service / RSF

Plus d’infos : michel.philippart@cameco.org




Le top 10 des annonceurs TV au Sénégal

17102009

topannonceurssenegal.jpg 

 

Le classement élaboré par Omedia liste les 10 annonceurs les plus importants du mois de juillet 2009 sur les quatre principales chaînes TV sénégalaises RTS, 2STV, RDV et Walf TV.

Plus d’info sur www.omedia.tv

 







crisesubprimes |
SECU PROTEC |
achetez mieux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | speedball
| La Microfinance au Burkina ...
| Pacaconcept