Africascope 2020 : stabilité de la consommation du média radio

15032021

L’étude AFRICASCOPE couvre 8 pays : Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, République Démocratique du Congo, République du Congo, Sénégal et fournit une photographie détaillée de la consommation média de 19.6 millions d’individus âgés de 15 ans et plus. Africascope se positionne comme l’étude d’audience pour connaître le paysage médiatique de l’Afrique au niveau local, national et régional.

Au second semestre 2020, bien que le continent Africain soit moins impacté que le reste du monde par la crise du Covid-19, il est à noter qu’au Gabon et en République du Congo la population était soumise à un couvre-feu et que plus globalement un tiers des individus interrogés limitaient leurs déplacements.
La part d’auditeurs radio quotidiens est également stable. Au 2nd semestre 2020, 62% des individus de 15 ans et plus ont écouté la radio chaque jour. Ils y ont consacré en moyenne 2h09 par jour et par auditeur. La radio est un média de confiance pour s’informer lorsqu’un évènement se produit localement. Ils sont une majorité à la choisir (versus la TV) au Sénégal, en RDC, au Mali et au Burkina Faso. L’écoute de la radio concerne majoritairement des stations nationales publiques ou privées. Elles comptabilisent 82% des parts d’audience.

 

KANTAR AFRICASCOPE

 

 

Au second semestre 2020, Africascope a élargi son champ d’observation au-delà des capitales de chaque pays. Sur ce périmètre urbain hors capitales, on observe notamment une consommation plus répandue de la radio. 83% de la population âgée de 15 ans et plus l’écoutent chaque jour en moyenne 2h11. De plus, la part d’audience des stations Internationales y est également plus importante : 27% (vs 18% dans les capitales). Cela s’explique notamment par le fait que la radio y est davantage utilisée pour s’informer sur les évènements locaux mais aussi internationaux.

 

KANTAR 2020




Comment la radio s’adapte avec l’évolution des TIC ?

13022021

Radio Okapi

(Source Radio Okapi RDC) Le monde célèbre la journée mondiale de la radio ce 13 février 2021 autour du thème « évolution, innovation et connexion ». En RDC, la radio est la principale source d’information pour les populations surtout dans les zones rurales. D’après les experts, le pays compte plus de mille radios communautaires et rurales. Cependant, leur niveau de professionnalisme reste faible et leur vulnérabilité face à la récupération partisane est très élevée. Le monde change, la radio est appelée à évoluer aussi. – Comment peut-elle s’adapter, innover dans un contexte de progression rapide des réseaux sociaux et de l’Internet en général ?

Jody Nkashama s’entretient sur ce sujet avec Jean Chrétien Ekambo Duasenge et Jean-Pierre Ilboudo, respectivement enseignant des cours des Sciences de l’information et de la communication (SIC) et représentant pays de l’Organisation des Nations unies pour la science, l’éducation et la culture (Unesco). Guy Matondo, membre du conseil d’administration à la Fédération des Radios de proximité de la RD Congo (FRPC) a aussi participé à cette interview.

https://www.radiookapi.net/sites/default/files/2021-02/12022021-celebration-de-la-journee-mondiale-de-la-radio_52_minutes_15_secondes.mp3Okapi émission




Africa Radio diffusera en décembre depuis Brazzaville sur 94.5 FM

11102019

africa-radio

 

(source Gloria Lossele ADIAC Congo) Le président-directeur général de la chaîne, Dominique Guihot, s’est engagé, mardi à Brazzaville, avec le ministère de la Communication et des médias, à travers une convention de partenariat technique, à rendre opérationnelle la réception de cette radio dans la ville capitale d’ici à décembre.

« Nous avons pour vocation d’émettre dans quatorze pays en Afrique francophone. Brazzaville étant conquise, nous pouvons accentuer nos négociations avec Dakar, Ouagadougou et bientôt avec Douala et Yaoundé. A cet effet, notre but est d’atteindre un bassin de population de vingt-cinq millions d’habitants d’ici à la fin de l’année 2020 », a révélé Dominique Guihot.

Créée en 1981, Africa radio (ex-Africa n°1) était le premier projet de radio panafricaine. Depuis 1992, elle est allée au-delà de l’Afrique pour émettre en France. Aujourd’hui, avec un siège à Abidjan et des studios à Paris, elle est déterminée à conquérir le continent africain. Accessible via son site avec une communauté de cinq cent mille fans sur Facebook et près de deux cent mille followers sur Twitter, la radio s’enrichit chaque jour de nouveaux fans.

 

 

 




L’écoute radio est stable en Afrique selon l’étude Kantar TNS

28082017

Kantar TNS publie les résultats de son étude Africascope 2017 qui couvre un périmètre de 8 pays d’Afrique Sub-saharienne : Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, République Démocratique du Congo, Sénégal, République du Congo, l’ensemble représentant 18,3 millions d’individus âgés de 15 ans et plus.

 

Capture d’écran 2017-08-28 à 18.30.52

 

L’écoute de la radio est stable : 12,1 millions d’auditeurs

En moyenne, 66% des individus de 15 ans et plus écoutent chaque jour la radio. La durée d’écoute moyenne quotidienne par individu est de 1h37.

La part d’auditeurs quotidiens sur le périmètre Africascope est de 66% mais il existe des disparités importantes selon les pays. En effet, au Cameroun seuls 44% des habitants écoutent la radio chaque jour alors qu’ils sont près de 90% au Mali ou au Burkina Faso.

Au Mali et au Burkina Faso, la radio est le premier média d’information. Dans ces 2 pays, plus de 70% de la population privilégie la radio à la télévision pour s’informer lorsqu’un évènement survient dans le pays.

Sur le périmètre Africascope, les stations de radios africaines atteignent une part d’audience moyenne de 82% (variant de 36% au Congo, 52% au Gabon à 90% au Burkina Faso). Quant aux radios Internationales, RFI concentre à elle seule l’essentiel des parts d’audience.

 

Capture d’écran 2017-08-28 à 18.31.14

 

 

Le communiqué Kantar TNS : http://www.tns-sofres.com/publications/africascope-2017-resultats-annuels#




AFRIQUE : LA RADIO RESTE LA SOURCE D’INFOS LA PLUS COMMUNE

11052016

 

 

(source La Lettre Pro) Selon l’étude Afrobaromètre, la radio demeure la source régulière d’informations la plus largement répandue en Afrique, bien que la proportion d’Africains qui l’écoutent ait diminué. En moyenne à travers 36 pays, environ sept citoyens sur 10 se tiennent informés à travers la radio « tous les jours » (47%) ou « quelques fois par semaine » (22%).

Afrique radio source info

 

L’utilisation régulière de la radio est la plus élevée en Ile Maurice (97% plusieurs fois par semaine/tous les jours), en Namibie (88%), au Nigéria (86%), et au Kenya (85%) et la plus basse dans les cinq pays d’Afrique du Nord (la Tunisie, le Soudan, l’Algérie, le Maroc, et l’Egypte) et au Gabon.
À travers 16 pays suivis depuis 2002/2003, le recours quotidien à la radio comme source d’informations a diminué, de 61% à 52%, tandis que la proportion de citoyens qui n’ont « jamais » recours à la radio pour se tenir informés a augmenté de 11% à 16%.

En revanche, la télévision prend de l’importance comme source d’informations, bien que traînant toujours derrière la radio de façon significative. À travers 36 pays, plus de la moitié (53%) des citoyens affirment se tenir régulièrement informés par la télévision, tous les jours (40%) ou quelques fois par semaine (13%).

 

Afrique TV radio

 

La radio reste la source d’informations la plus commune, sollicitée par sept Africains sur 10 soit « tous les jours » (47%) soit « quelques fois par semaine » (22%). Mais la radio et les journaux perdent graduellement du terrain, tandis que la télévision et l’Internet en gagnent. Une proportion importante de la population (21%) se tient maintenant régulièrement informée de l’actualité grâce aux médias sociaux tels que Facebook et Twitter, et parmi les jeunes et les mieux instruits, l’Internet et les médias sociaux sont plus importants comme sources d’informations que la presse écrite.
En plus de se tenir informés par les médias, certains Africains s’en servent pour exprimer leur opinion : environ un sur neuf répondants (11%) affirment être entré en contact avec les médias au cours de l’année précédente pour exprimer leur mécontentement par rapport aux actions du gouvernement.

 




Mediatic Conseils, expert en pérennisation de médias africains

27042016


Mediatic Conseils, expert en pérennisation de médias africains dans Burundi capture-decran-2014-08-18-a-20.28.42

Mediatic Conseils est un cabinet de consultants basés à Genève, spécialisés dans la pérennisation de médias en Afrique.

 

L’indépendance et la viabilité d’un média dépendent de sa capacité à générer des revenus autonomes.

Dans les grandes métropoles où la concurrence est anarchique, jusqu’au régions de brousse les plus reculées, nous savons comment organiser un modèle économique viable et pérenne. Radio, télévision et maintenant Internet occupent une place centrale dans la vie de millions d’africains. Pour informer, éduquer, divertir, débattre, promouvoir, mobiliser, communiquer, il faut des moyens et une bonne gouvernance. La culture marketing est le maillon faible de l’aide internationale. Sans pérennisation les efforts engagés ne garantissent pas la viabilité des projets. Nos actions sur le terrain ont permis à de nombreux médias de survivre, de se développer, de payer leur personnel, de créer des emplois, d’améliorer leur service à la population, de dynamiser l’économie locale, tout en cultivant les règles éthiques et l’esprit démocratique.

Consultez ou téléchargez la plaquette de présentation des activités de Mediatic Conseils en Afrique depuis 2007 :  PLAQUETTE AFRICA
Slideshare 




Orange achète Tigo en RDC, Cellcom au Libéria et Airtel en Sierra Leone et au Burkina Faso

9022016

Capture d’écran 2016-02-23 à 01.42.05

 

(source Le Monde.fr) Face à une Europe vieillissante et suréquipée, Orange poursuit sa conquête de l’Afrique. Massivement présent sur le continent, le groupe français a annoncé, lundi 8 février, l’acquisition de Tigo, troisième opérateur mobile de la République démocratique du Congo (RDC). Il le fusionnera avec ses propres activités, se hissant à la deuxième ou troisième place du marché derrière le britannique Vodafone et aux côtés de l’indien Bharti Airtel.

Orange n’a eu à débourser que 160 millions de dollars pour se payer cet opérateur qui compte 6,5 millions de clients. « La RDC compte 80 millions d’habitants. C’est cinq fois plus grand que le Sénégal et le taux de pénétration en téléphonie mobile n’y est que de 50 %, contre 100 % au Sénégal et 110 % en France. Le potentiel y est très important », se félicite Marc Rennard, vice-président international d’Orange.

Présent depuis vingt-cinq ans sur le continent africain, où il gérait les transmissions internationales, Orange a véritablement donné un coup d’accélérateur à ses activités dans cette région en 2004. « Nous avions 10 millions d’abonnés, nous en avons 115 millions aujourd’hui », dit M. Rennard. Depuis le début de l’année, l’opérateur a bouclé quatre opérations. Avant la RDC, l’opérateur s’est offert Cellcom, le deuxième opérateur du Liberia, pour 100 millions d’euros, et deux filiales de l’indien Bharti Airtel en Sierra Leone et au Burkina Faso….

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/02/09/orange-poursuit-ses-emplettes-en-afrique_4861941_1656994.html#EjGZ3ocFzrZor9I7.99




TV, Radio, Mobile, Internet : décryptage de la conso médias en Afrique

6102015

Voici les premiers enseignements de l’édition 2015 de l’étude Africascope sur 4 pays : Cameroun, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo et Sénégal, un univers représentant 15,4 millions d’individus âgés de 15 ans et plus…

xafricascope-pays.png.pagespeed.ic.4u_KpNsbFR

Des équipements médias traditionnels bien ancrés…

L’étude Africascope offre une vision très précise du taux d’équipement et de la consommation des médias dans les pays couverts. Si la TV et la radio sont parfaitement bien implantées dans la zone (respectivement 99% et 91% de taux d’équipement), avoir un ordinateur (fixe et portable) ou un support mobile (tablette et smartphone) est moins répandu.

xinfog-africascope1.png.pagespeed.ic.SYZZLduZW0

L’étude permet aussi d’en savoir plus sur le nombre de chaînes reçues par foyer : la majorité des Camerounais qui possèdent une TV (63%) reçoit entre 60 et 100 chaînes. Au Sénégal, la majorité des équipés TV (51%) reçoit moins de 20 chaînes.

En termes de comportement :

  • le Sénégal apparaît comme le pays où l’on écoute le plus la radio (quotidiennement pour 80% des habitants) et le plus longtemps (99 minutes par jour) ;
  • au Cameroun, ils ne sont que 50% à écouter la radio quotidiennement (seulement 56 minutes par jour) ;
  • le taux de personnes qui regardent quotidiennement la TV est très élevé, oscillant entre 92% (Sénégal) et 97% (Côte d’Ivoire) ;
  • Cependant la durée d’écoute par individu est très variable selon les pays : un peu plus de 2h40 en RDC contre 3h32 au Cameroun.

… mais des usages qui se tournent progressivement vers le digital

Même si « seulement » 21% des personnes interrogées possèdent un smartphone,
c’est le support le plus utilisé pour se connecter à Internet :

  •  66% se connectent à Internet en premier lieu via leur mobile ;
  •  très forte préférence en RDC (83%) où l’équipement en smartphone est aussi le plus important (26% en possèdent).

xinfog-africascope2.png.pagespeed.ic.DuILBEfANN

La RDC est le pays où la fréquence de connexion à Internet est aussi la plus importante (38% se connectent régulièrement pour 30% en moyenne sur la zone étudiée). Au Sénégal, même si le taux d’équipés smartphone est proche de celui observé en RDC (24%), ils ne sont que 50% à l’utiliser pour se connecter à Internet, préférant leur PC portable (60%).

Cette tendance se reflète aussi à travers les réseaux sociaux : Facebook domine largement l’univers et présente le plus grand nombre de comptes (88% en ont créé un). Parmi les pays étudiés, les Internautes Ivoiriens sont les plus actifs sur les réseaux : 94% possèdent un compte Facebook (pour 88% en moyenne), 39% sont sur Google+ (27% en moyenne) et 38% twittent (26% en moyenne).

xinfog-africascope4.png.pagespeed.ic.KOcImkt6mv

 

TNS SOFRES

 




Utilisation des enfants dans la publicité : quelles sont les dispositions légales en RDC ?

31082015

radiokid.jpg

 

Pour écouler certains produits alimentaires : biscuits, margarines, laits, céréales et autres produits cosmétiques comme les laits de beauté ou les savons de toilette, beaucoup d’agences de marketing utilisent les enfants dans leurs publicités. Que dit la loi congolaise de l’utilisation des enfants dans la publicité ? Radio Okapi a consacré une émission à ce sujet. Jody Nkashama en discute  avec Me Ruffin Lukoo, chercheur en droits.

Ecoutez l’émission

Télécharger l’émission




La force du marketing et la bonne gestion sauvent la Radio Vuvu Kieto de Mbanza-Ngungu

27062015
Neron

Néron Nkata et Simon Songo lors de leur première prospection commerciale sur le terrain en 2007. Depuis les affaires se sont développées de manière spectaculaire !

(Source Radionet.cd). Grâce à une équipe dynamique des marketeurs et à une gestion rigoureuse, la radio Vuvu Kieto de Mbanza-Ngungu dans la province du Kongo Central  vient de se doter d’un émetteur pimpant neuf de 1000 watts au coût  de 6000 euros.
Réduite  au  silence  pendant  cinq  jours  par la mauvaise  qualité  du courant  électrique  qui a grillé son ancien  émetteur le 19 juin dernier, la radio Vuvu kieto, un media communautaire,  émet à nouveau  à la satisfaction totale  de ses auditeurs.
Ce succès est dû à la mise en pratique des enseignements sur la génération des revenus  par  Néron NKATA, formateur en marketing pour le compte du PDSM et responsable du service du marketing de cette radio. Son équipe dispose de 13 marketeurs qui apportent suffisamment de l’argent pour la survie de son média. Selon Néron, aujourd’hui,  la survie et le développement d’une radio communautaire passe par la bonne gestion des ressources.







crisesubprimes |
SECU PROTEC |
achetez mieux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | speedball
| La Microfinance au Burkina ...
| Pacaconcept