Utilisation des enfants dans la publicité : quelles sont les dispositions légales en RDC ?

31082015

radiokid.jpg

 

Pour écouler certains produits alimentaires : biscuits, margarines, laits, céréales et autres produits cosmétiques comme les laits de beauté ou les savons de toilette, beaucoup d’agences de marketing utilisent les enfants dans leurs publicités. Que dit la loi congolaise de l’utilisation des enfants dans la publicité ? Radio Okapi a consacré une émission à ce sujet. Jody Nkashama en discute  avec Me Ruffin Lukoo, chercheur en droits.

Ecoutez l’émission

Télécharger l’émission




La publicité commerciale interdite dans les radios associatives et communautaires congolaises

25042012

La publicité commerciale interdite dans les radios associatives et communautaires congolaises dans Documentation IMG_1110-225x300

Le blog Radionet.cd publie un article sur les nouvelles dispositions législatives pour les radios associatives et communautaires congolaises.

En juin 2011, le Ministre congolais de la Communication et des Médias a signé un nouvel arrêté ministériel qui modifie et complète l’arrêté portant mesures d’application de la loi sur la liberté de la presse. Point important: ce texte met à la disposition des médias audiovisuels le cahier des charges qu’ils doivent désormais respecter. Un cahier des charges qui n’est malheureusement pas toujours en faveur des radios communautaires.

Le cahier des charges étant annexé à l’arrêté ministériel, il a force de loi. Il est donc primordial que toute les radios lisent attentivement « les prescriptions et obligations » qui leur sont aujourd’hui appliquées.

Radionet.cd publie des extraits de ces prescriptions, et plus particulièrement sur celles qui changent la donne.

Les deux articles de l’arrêté ministériel sont très clairs: aucune publicité commerciale ne sera désormais diffusée sur les radios associatives et communautaires. Par contre, elles peuvent continuer à diffuser les messages de sensibilisation et d’information des ONG, tant qu’ils sont conformes aux statuts.

L’ensemble de l’arrêté ministériel.




En France, Journalisme et Publicité font mauvais « ménage »

7032011

01f4000002199570photonelsonmonfortadisneylandparis.jpg

 

Dans certains pays d’Afrique, on qualifie de « coupage » l’enveloppe perçue par un journaliste pour financer ses « frais de déplacement » ou plus directement pour le corrompre afin d’obtenir un reportage. Et plus l’enveloppe est importante, plus « large » (répétitive) sera la diffusion. Cette pratique malheureusement encore très répandue en Afrique est non seulement contraire à la déontologie journalistique mais de surcroit totalement illégale.

En France les journalistes font des  »ménages ». Une pratique qui consiste à vendre des collaborations extérieures (publicité, animations commerciales et de séminaires, interventions lors de conférences d’entreprises…) pour arrondir les fins de mois. Les contrats de travail de la plupart des journalistes excluent cette pratique, surtout dans le service public.

Le journaliste Neslon Monfort vient d’être suspendu pour cette raison.

Lire les articles à ce sujet sur Le Post.fr

 




Kinshasa : la HAM interdit la publicité des tradi-praticiens

12112009

 

Tradi praticien 

RDC : La Haute autorité des médias interdit la publicité des produits pharmaceutiques et des maisons des tradi-praticiens. L’instance de régulation des médias a annoncé le début de la campagne de sensibilisation des chaînes de radio et de télévision contre cette publicité qui inondent les télévisions à Kinshasa, faisant croire à des guérisons miracles.
La HAM estime que ces maisons abusent surtout de la radio et de la télévision, à travers leur publicité, pour tromper la population. L’instance de régulation des médias constate que la publicité des produits pharmaceutiques et des maisons des tradi-praticiens se fait en violation des lois congolaises en la matière.

Le président de la Haute Autorité des Médias ne voit pas ce qui empêcherait l’exécution de cette mesure. Il s’appuie notamment sur des précédents pour soutenir sa position. Une autre décision, a déjà été prise dans ce sens concernant la publicité des boissons alcoolisées. « La mesure de la publicité des boissons alcoolisées est appliquée à 95%. Il y a une ou deux chaînes qui se sont obstinées à la violer. Nous avons pris des mesures pour suspendre les émissions pour une durée d’un mois. Auparavant, on est allé à 15 jours », a déclaré Primo Mukambilwa Président de la Haute Autorité des Médias en RDC.

Source radiookapi.net







crisesubprimes |
SECU PROTEC |
achetez mieux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | speedball
| La Microfinance au Burkina ...
| Pacaconcept