L’écoute radio est stable en Afrique selon l’étude Kantar TNS

28082017

Kantar TNS publie les résultats de son étude Africascope 2017 qui couvre un périmètre de 8 pays d’Afrique Sub-saharienne : Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, République Démocratique du Congo, Sénégal, République du Congo, l’ensemble représentant 18,3 millions d’individus âgés de 15 ans et plus.

 

Capture d’écran 2017-08-28 à 18.30.52

 

L’écoute de la radio est stable : 12,1 millions d’auditeurs

En moyenne, 66% des individus de 15 ans et plus écoutent chaque jour la radio. La durée d’écoute moyenne quotidienne par individu est de 1h37.

La part d’auditeurs quotidiens sur le périmètre Africascope est de 66% mais il existe des disparités importantes selon les pays. En effet, au Cameroun seuls 44% des habitants écoutent la radio chaque jour alors qu’ils sont près de 90% au Mali ou au Burkina Faso.

Au Mali et au Burkina Faso, la radio est le premier média d’information. Dans ces 2 pays, plus de 70% de la population privilégie la radio à la télévision pour s’informer lorsqu’un évènement survient dans le pays.

Sur le périmètre Africascope, les stations de radios africaines atteignent une part d’audience moyenne de 82% (variant de 36% au Congo, 52% au Gabon à 90% au Burkina Faso). Quant aux radios Internationales, RFI concentre à elle seule l’essentiel des parts d’audience.

 

Capture d’écran 2017-08-28 à 18.31.14

 

 

Le communiqué Kantar TNS : http://www.tns-sofres.com/publications/africascope-2017-resultats-annuels#




AFRIQUE : LA RADIO RESTE LA SOURCE D’INFOS LA PLUS COMMUNE

11052016

 

 

(source La Lettre Pro) Selon l’étude Afrobaromètre, la radio demeure la source régulière d’informations la plus largement répandue en Afrique, bien que la proportion d’Africains qui l’écoutent ait diminué. En moyenne à travers 36 pays, environ sept citoyens sur 10 se tiennent informés à travers la radio « tous les jours » (47%) ou « quelques fois par semaine » (22%).

Afrique radio source info

 

L’utilisation régulière de la radio est la plus élevée en Ile Maurice (97% plusieurs fois par semaine/tous les jours), en Namibie (88%), au Nigéria (86%), et au Kenya (85%) et la plus basse dans les cinq pays d’Afrique du Nord (la Tunisie, le Soudan, l’Algérie, le Maroc, et l’Egypte) et au Gabon.
À travers 16 pays suivis depuis 2002/2003, le recours quotidien à la radio comme source d’informations a diminué, de 61% à 52%, tandis que la proportion de citoyens qui n’ont « jamais » recours à la radio pour se tenir informés a augmenté de 11% à 16%.

En revanche, la télévision prend de l’importance comme source d’informations, bien que traînant toujours derrière la radio de façon significative. À travers 36 pays, plus de la moitié (53%) des citoyens affirment se tenir régulièrement informés par la télévision, tous les jours (40%) ou quelques fois par semaine (13%).

 

Afrique TV radio

 

La radio reste la source d’informations la plus commune, sollicitée par sept Africains sur 10 soit « tous les jours » (47%) soit « quelques fois par semaine » (22%). Mais la radio et les journaux perdent graduellement du terrain, tandis que la télévision et l’Internet en gagnent. Une proportion importante de la population (21%) se tient maintenant régulièrement informée de l’actualité grâce aux médias sociaux tels que Facebook et Twitter, et parmi les jeunes et les mieux instruits, l’Internet et les médias sociaux sont plus importants comme sources d’informations que la presse écrite.
En plus de se tenir informés par les médias, certains Africains s’en servent pour exprimer leur opinion : environ un sur neuf répondants (11%) affirment être entré en contact avec les médias au cours de l’année précédente pour exprimer leur mécontentement par rapport aux actions du gouvernement.

 




Mediatic Conseils, expert en pérennisation de médias africains

27042016


Mediatic Conseils, expert en pérennisation de médias africains dans Burundi capture-decran-2014-08-18-a-20.28.42

Mediatic Conseils est un cabinet de consultants basés à Genève, spécialisés dans la pérennisation de médias en Afrique.

 

L’indépendance et la viabilité d’un média dépendent de sa capacité à générer des revenus autonomes.

Dans les grandes métropoles où la concurrence est anarchique, jusqu’au régions de brousse les plus reculées, nous savons comment organiser un modèle économique viable et pérenne. Radio, télévision et maintenant Internet occupent une place centrale dans la vie de millions d’africains. Pour informer, éduquer, divertir, débattre, promouvoir, mobiliser, communiquer, il faut des moyens et une bonne gouvernance. La culture marketing est le maillon faible de l’aide internationale. Sans pérennisation les efforts engagés ne garantissent pas la viabilité des projets. Nos actions sur le terrain ont permis à de nombreux médias de survivre, de se développer, de payer leur personnel, de créer des emplois, d’améliorer leur service à la population, de dynamiser l’économie locale, tout en cultivant les règles éthiques et l’esprit démocratique.

Consultez ou téléchargez la plaquette de présentation des activités de Mediatic Conseils en Afrique depuis 2007 :  PLAQUETTE AFRICA
Slideshare 




Afrique, ces radios privées leaders dans leur pays

29012016

A lire dans La Croix, cet article de Laurent Larcher, à Abidjan, Dakar, N’djamena, le 27/01/2016

 

Capture d’écran 2016-01-29 à 11.44.23

 

De plus en plus de radios privées africaines font jeu égal, voire distancent les grandes radios internationales. De la Côte d’Ivoire au Tchad, en passant par le Sénégal, rencontre avec ces radios 5 étoiles.

 

Le lien vers l’article : cliquez ICI




Audience de la Radio au Sénégal au 2nd semestre 2015

27012016

Logo_Mediametrie_2013

 

Entre le 11 Octobre et le 21 Décembre 2015, en moyenne plus de 7 habitants de Dakar sur 10 (70,8%) ont écouté la radio pour une durée d’écoute de 2 heures et 53 minutes en moyenne par jour et par personne. ZIK FM, RFM et LAMP FALL FM sont les 3 stations les plus écoutées au Sénégal sur un jour moyen du lundi au dimanche (quart d’heure moyen).

Etude Médiamétrie et son partenaire terrain Omédia conduite dans les quatre communes qui composent le Grand Dakar au deuxième semestre 2015.




TV, Radio, Mobile, Internet : décryptage de la conso médias en Afrique

6102015

Voici les premiers enseignements de l’édition 2015 de l’étude Africascope sur 4 pays : Cameroun, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo et Sénégal, un univers représentant 15,4 millions d’individus âgés de 15 ans et plus…

xafricascope-pays.png.pagespeed.ic.4u_KpNsbFR

Des équipements médias traditionnels bien ancrés…

L’étude Africascope offre une vision très précise du taux d’équipement et de la consommation des médias dans les pays couverts. Si la TV et la radio sont parfaitement bien implantées dans la zone (respectivement 99% et 91% de taux d’équipement), avoir un ordinateur (fixe et portable) ou un support mobile (tablette et smartphone) est moins répandu.

xinfog-africascope1.png.pagespeed.ic.SYZZLduZW0

L’étude permet aussi d’en savoir plus sur le nombre de chaînes reçues par foyer : la majorité des Camerounais qui possèdent une TV (63%) reçoit entre 60 et 100 chaînes. Au Sénégal, la majorité des équipés TV (51%) reçoit moins de 20 chaînes.

En termes de comportement :

  • le Sénégal apparaît comme le pays où l’on écoute le plus la radio (quotidiennement pour 80% des habitants) et le plus longtemps (99 minutes par jour) ;
  • au Cameroun, ils ne sont que 50% à écouter la radio quotidiennement (seulement 56 minutes par jour) ;
  • le taux de personnes qui regardent quotidiennement la TV est très élevé, oscillant entre 92% (Sénégal) et 97% (Côte d’Ivoire) ;
  • Cependant la durée d’écoute par individu est très variable selon les pays : un peu plus de 2h40 en RDC contre 3h32 au Cameroun.

… mais des usages qui se tournent progressivement vers le digital

Même si « seulement » 21% des personnes interrogées possèdent un smartphone,
c’est le support le plus utilisé pour se connecter à Internet :

  •  66% se connectent à Internet en premier lieu via leur mobile ;
  •  très forte préférence en RDC (83%) où l’équipement en smartphone est aussi le plus important (26% en possèdent).

xinfog-africascope2.png.pagespeed.ic.DuILBEfANN

La RDC est le pays où la fréquence de connexion à Internet est aussi la plus importante (38% se connectent régulièrement pour 30% en moyenne sur la zone étudiée). Au Sénégal, même si le taux d’équipés smartphone est proche de celui observé en RDC (24%), ils ne sont que 50% à l’utiliser pour se connecter à Internet, préférant leur PC portable (60%).

Cette tendance se reflète aussi à travers les réseaux sociaux : Facebook domine largement l’univers et présente le plus grand nombre de comptes (88% en ont créé un). Parmi les pays étudiés, les Internautes Ivoiriens sont les plus actifs sur les réseaux : 94% possèdent un compte Facebook (pour 88% en moyenne), 39% sont sur Google+ (27% en moyenne) et 38% twittent (26% en moyenne).

xinfog-africascope4.png.pagespeed.ic.KOcImkt6mv

 

TNS SOFRES

 




Une radio parlementaire à Dakar

16012015

parlement dakar

L’Assemblée nationale sénégalaise va se doter d’une radio parlementaire. Longtemps annoncée, cette radio va bientôt démarrer. Selon Le Pop, la révélation a été faite hier par le directeur de la communication Daouda Ndiaye lors d’un séminaire de renforcement de capacités et la consolidation des acquis journalistiques sur la vie parlementaire organisé à l’intention des membres du réseau des journalistes parlementaires. M. Ndiaye ajoute qu’un consultant international est à Dakar pour formaliser tout cela. (source et photo leral.net)

 




Africawin.com, la régie publicitaire de l’Internet Africain

27122013

 Africawin.com

Fondée fin 2006, la régie publicitaire Africawin a été créée pour répondre aux besoins croissants de communication interactive sur le continent africain. Africawin.com a pour objectif d’être le premier réseau africain de diffusion de campagnes publicitaires sur Internet.

L’Afrique et le Moyen-Orient comptent plus de 175 millions d’utilisateurs Internet. Pour mettre cela en perspective, cette population est le quadruple de tous les internautes en France (44 millions), 50% de la Chine (384mo) et 80% des Etats-Unis (220mo). Il y a un lectorat massif des publications de cette région par l’Europe et les Etats-Unis, dont les diasporas s’intéressent fortement aux nouvelles de leur pays d’origine.

L’offre Africawin, est aujourd’hui constitué de plus de 4000 sites. Avec 600 millions de publicités diffusées mensuellement, Africawin touche près de 5,4 millions de visiteurs uniques chaque mois.

L’ audience Africawin est répartie de la manière suivante :

  • - 43% en Afrique
  • - 25% en Europe (dont une très forte audience en France)
  • - 32% dans le reste du monde

Le lien qui unit la majorité de ces internautes est leur intérêt pour l’Afrique, sa culture, sa politique, son économie, son patrimoine, …

L’offre de base Africawin.com, permet de diffuser des publicités en fixant un budget journalier et un cpm maximum (à la manière de Google Adwords). L’annonceur peut choisir entre différents packs géolocalisés (Maghreb, Diaspora africaine, Maroc, Côte d’Ivoire, Cameroun…) ou ciblés (jeunes, infos…). La campagne peut être commandée et payée en ligne directement depuis le site africawin.com.

Africawin.com est basée à Strasbourg.




RFI – Audience en progression sur le continent africain

29052010

logorfi.jpg

(Radio Actu). RFI indique avoir enregistré une progression de son audience sur le continent africain, et ce pour la première fois depuis 5 ans. La part de marché moyenne de la station internationale s’établit à 25% selon des sondages TNS-Sofres.

Pour la première fois depuis 5 ans, RFI a enregistré une progression de son audience en Afrique francophone, avec 200 000 nouveaux auditeurs. Selon Geneviève Goëtzinger, directrice déléguée de la station internationale, cette progression « démontre ainsi la confiance renouvelé des auditeurs en son expertise et le succès de notre politique de diffusion en haoussa, avant le prochain lancement d’une autre langue africaine : le swahili ». Elle souligne également que l’embellie des audiences de RFI s’inscrit dans « un contexte radiophonique de plus en plus concurrentiel ». Selon Geneviève Goëtzinger, RFI a regagné en 2 ans des parts de marchés importantes au Mali, au Cameroun, en Côte d’Ivoire ou encore au Niger.

D’après les résultats des enquêtes réalisées par TNS-Sofres, RFI enregistre une progression de 1 à 13 points de son audience cumulée dans 7 des 9 villes sondées. Au Cameroun, la station progresse de 2 points à Yaoundé et de 1 point à Douala. À Abidjan, l’audience de RFI progresse de 8 points. À Bamako, l’audience de RFI est en hausse de 2 points, et progresse de 8 points à Nouakchott (Mauritanie). Au Sénégal, à , RFI est en hausse de 2 points à Dakar. À Niamey, capitale du Niger, RFI réalise une audience cumulée de 37%, en progression de 4 points par rapport à 2008. La station est désormais écoutée par 190 000 auditeurs quotidiens à Niamey. RFI indiqué que cette progression est principalement soutenue par sa diffusion en haoussa, l’une des principales langues commerciales d’Afrique de l’Ouest.

Source RadioActu




La pub au Sénégal

6042010

publicité Sénégal

L’émission Culture Pub de cette semaine consacre une enquête à la pub sénégalaise. A visionner en cliquant ICI puis dans la fenêtre « Au sommaire de l’émission » cliquez sur L’enquête+Retropub.

 







crisesubprimes |
SECU PROTEC |
achetez mieux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | speedball
| La Microfinance au Burkina ...
| Pacaconcept